La réflexothérapie palmaire

 

La réflexothérapie palmaire est une méthode émergeante. Encore peu connue il y a quelques années, elle est de plus en plus utilisée. Son mode de fonctionnement et la facilité d’accès de la main rendent cette technique particulièrement adaptée aux personnes âgées, en convalescence, aux enfants, aux femmes enceintes…

 

Elle est également reconnue dans son efficacité pour calmer et pour accompagner les problèmes liés au stress, au sommeil… La réflexothérapie palmaire ne nécessite pas de matériel, ni d’équipement particulier, ce qui en fait un outil complet qui peut se pratiquer directement dans les entreprises, les maisons de retraite, les centres médicaux, à domicile.

 

La réflexothérapie palmaire part du principe que l’ensemble du corps (structure osseuse, organique, hormonale, émotionnelle…) est représenté sur l’ensemble de la main, autant sur la partie palmaire que dorsale. Le corps est vu de manière globale ou ‘aplati’. Les stimulations se font le plus souvent avec les doigts, des petits bâtons ou de la chaleur. Comme toutes les techniques de stimulation réflexe, la réflexothérapie palmaire peut être utilisée comme technique à part entière ou comme technique complémentaire à votre savoir-faire.

 

LA RÉFLEXOTHÉRAPIE PALMAIRE AU COURS DE L’HISTOIRE

Historiquement, La réflexothérapie palmaire et la réflexothérapie podale/plantaire ont suivi la même évolution et remonteraient à l’époque de la médecine traditionnelle chinoise.

 

Les premières traces de la réflexothérapie palmaire ont été découvertes grâce à un hiéroglyphe trouvé à Saqqara dans la tombe des médecins égyptiens. Il daterait de 2300 ans avant JC, cela nous montre bien la réalité de cette thérapie de l’époque.
Les signes au-dessus de la scène ont été déchiffrés au Musée de Londres : » Ne me fais pas mal  » dit le patient/client.  » Je ferai en sorte que tu me félicites » répond le thérapeute.

 

En Occident, les plus anciens écrits sur la théorie des zones dites ‘réflexes’ remontent à la fin des années 1580.

 

Cette théorie a été reprise et affinée par le Docteur Fitzgerald (ORL) qui a mis en place la théorie des ‘zones longitudinales’ en 1916. Il a découpé virtuellement le corps, le pied et la main de la même manière en 10 zones longitudinales, 5 à droite et 5 à gauche. Selon lui, chaque pression exercée dans une zone a un effet sur toute la partie du corps se trouvant dans cette zone longitudinale. Par exemple, une pression exercée sur la main gauche, dans la zone longitudinale 5 (zone de l’auriculaire) aura donc un effet sur tout ce qui se trouve dans la zone longitudinale 5 gauche du corps (ex : épaule, hanche, genou..). Il utilisa cette méthode, principalement sur les mains, surtout pour ses effets analgésiques en ORL.

 

C’est vers 1925 que ses collègues, le Dr Joe Shelby Riley et la physiothérapeute Eunice Ingham, prirent le relais sur ses travaux. Ils n’utilisèrent pas cette technique seulement comme ‘anti-douleur’ mais pour tous les soins thérapeutiques. Par la suite Riley utilisa plutôt la bouche comme centre holographique, tandis que Ingham développa les zones sur les pieds et les mains.

 

A partir de ces travaux, d’autres personnes ont apporté leurs contributions à la réflexothérapie moderne. En 1960, Doreen Bayly en Angleterre oriente ses travaux sur les correspondances entre les membres tandis que Hanna Marquardt, en Allemagne met au point la théorie des zones transverses. Comme pour la théorie des zones longitudinales, la théorie des zones transverses découpe la main et le corps de la même manière. Hanna Marquardt divisa le corps et le squelette de la main en 4 zones transverses. Cette théorie, très utile pour le repérage anatomique des zones réflexes a depuis évolué, nous laissant observer 5 zones transverses sur la face palmaire (la zone de la tête, la zone de la poitrine, la zone sous diaphragmatique, la zone de l’abdomen et la zone du bassin).

 

Les grandes lois de la Réflexothérapie sont expliquées et vérifiées cliniquement par des travaux en neurophysiologie, dont les plus connus sont ceux du Docteur J.Bossy, professeur à la faculté de Médecine de Montpellier. Son ouvrage « Bases neurologiques des réflexologies » paru chez Masson en 1975 fait autorité ; tout comme le « Traité théorique et pratique de podoréflexologie » de Roland Fietta. A partir des années 90, des professionnels de la Santé (ostéopathes, médecins, kinésithérapeutes, infirmières…) se sont intéressés aux techniques réflexes et ont permis de les faire évoluer afin de s’adapter au mieux aux besoins émergents.

 

Ainsi, les représentations des zones réflexes diffèrent quelque peu en fonction des pays, parfois plus adaptées à l’approche médicale chinoise, indienne ou ‘occidentale’. De ce fait, les outils utilisés s’adaptent pour répondre aux besoins et à l’objectif à atteindre.

 

Besoin d'un complément d'information ?
Nous restons toujours à votre entière disposition pour tout renseignement complémentaire
Contactez-nous
Reflexotherapies
En savoir plus
Nos prochains
événements
En savoir plus
Identifions ensemble
vos besoins
Être contacté
Annuaire
des professionnels
Je consulte
05:02

Soulager les maux de tête

Apprenez quelques gestes de réflexologie
Les certifications
proposées par
le centre de formation
En savoir plus
Formation pôle médical
et paramédical
Des formations sur mesure pour les professionnels des métiers médicaux et paramédicaux
À DÉCOUVRIR
Télécharger
le calendrier des formations
Je télécharge
Close
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!